Chers collègues,

Nous sommes confrontés à certaines réalités :

  • les nouvelles technologies (comme l’intelligence artificielle) ont des répercussions sur la profession médicale, les patients et la prestation des soins;
  • nous devons miser sur l’évolution des champs de pratique et les modèles novateurs de soins en collaboration pour fournir des soins médicaux complexes;
  • l’accès à des soins spécialisés demeure difficile;
  • d’importants changements doivent être apportés pour assurer l’évolution constante du développement professionnel continu.

Chaque année, nous organisons le Sommet sur la médecine spécialisée du Collège royal et des associations nationales de spécialistes (ANS).. Tenu le 21 mars dernier, ce sommet permet de discuter de défis communs et de solutions que nous devrions préconiser.

Lisez ci-dessous le sommaire des discussions du sommet et le contenu des présentations de deux conférenciers, les Drs Wong et La Roche.

Quelles sont les prochaines étapes?

Le mois dernier, le Conseil a créé un nouveau groupe de travail chargé d’examiner l’impact de la technologie numérique sur la formation médicale et les soins de santé. Présidé par le Dr Richard Reznick, FRCSC, doyen de la Faculté des sciences de la santé de l’Université Queen’s, ce groupe de travail rendra compte de ses activités au Conseil l’an prochain, et nous déterminerons alors les prochaines étapes.

Nous continuerons de consulter les ANS, de promouvoir les connaissances et le partage des données, et d’explorer d’autres possibilités de collaboration au sujet de certains aspects précités. Nous organiserons également un événement de grande envergure en 2019 avec un plus vaste éventail d’intervenants afin de trouver des solutions à des enjeux urgents dans les soins spécialisés.

Si nous continuons d’unir nos efforts, ce sommet pourrait être pour notre profession l’occasion de créer le consensus et le leadership requis pour des soins spécialisés de grande qualité.

Dans votre pratique, votre hôpital ou votre centre d’enseignement, comment ces réalités sont-elles abordées? Dans quels domaines ou pour quels enjeux les besoins en matière de soutien éducatif ou de sensibilisation sont-ils les plus évidents dans votre milieu?

Sincères salutations.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général du Collège royal


Sommaire des points abordés

Collaboration et champ de pratique

  • Un nombre accru de patients souffrent de maladies multiples et complexes, ce qui exige des systèmes de soins multiples et complexes.
  • Nous devons accentuer le partage des connaissances (innovations) et des données probantes pour appuyer et diffuser le changement.
  • Nous avons besoin de moyens pour faire connaître les nouveaux modèles et de personnes capables d’en assurer le développement.
  • Nous devons justifier le changement auprès des bailleurs de fonds, des administrateurs/gestionnaires du système et d’autres médecins.
  • Nous devons mieux enseigner la défense des intérêts (aux médecins en formation et en exercice).

TÉLÉCHARGEZ LES PRÉSENTATIONS PPT : “Cross-Specialty Collaboration: What, Why and How,” Dre Camilla Wong, Hôpital St. Michael’s

Influence de la technologie

  • Des moyens technologiques nous sont offerts, que nous n’utilisons pas pleinement ou efficacement.
  • L’industrie va de l’avant et prend une avance considérable sur la profession médicale, surtout si des profits peuvent être réalisés.
  • Les gouvernements ont besoin de leaders médicaux pour éclairer leurs choix (p. ex., avantages, impact, éthique, protection des renseignements personnels).
  • Protéger le rôle du médecin face aux avancées technologiques, utiliser celles-ci pour améliorer l’accès aux soins ou les deux?
  • Une transformation s’opère — impossible de nier l’évidence.

Faciliter l’accès aux soins

  • L’accès aux soins est difficile (p. ex., traitements, thérapies ou chirurgies annulés ou reportés, déplacement de patients, discontinuité des soins, délais d’attente trop longs, disparité des services dans les régions rurales et urbaines).
  • Il y a actuellement un décalage entre les ressources et les besoins (p. ex., effectif médical, accès à des ressources dans la pratique).
  • Les modèles de financement n’assurent pas des modèles de soins optimaux.
  • Il existe déjà certaines solutions (p. ex., modèles de soins en collaboration en ophtalmologie), mais nous devons :
    • suivre les champs de pratique;
    • préparer les médecins en matière de défense des intérêts fondée sur des données probantes — mieux expliquer pourquoi nous avons besoin de plus de ressources;
    • rendre compte de nos activités aux patients, aux bailleurs de fonds, et les uns les autres.

TÉLÉCHARGEZ LES PRÉSENTATIONS PPT : “Where can fellows find alliances to improve access to specialty services?”, Dr Robert La Roche, professeur au Département d’ophtalmologie et de sciences de la vision, division d’ophtalmologie pédiatrique et de strabisme de l’Université Dalhousie.

Thèmes généraux (non mentionnés)

  • On reconnaît en général qu’un rôle de leadership doit être exercé au sein de la profession médicale dans chacun de ces domaines (la défense des intérêts était un thème commun).
  • Nous devons continuer de recueillir et de mettre de l’avant des données (pour la défense des intérêts fondée sur des données probantes).
  • Tous les sujets ne touchent pas toutes les disciplines de façon égale ou de la même façon (p. ex., l’influence de la technologie sur les disciplines faisant appel à la haute technologie par rapport à celles à faible technologie où l’influence est considérable).