Chers collègues,

Quel est votre rôle dans la prescription sécuritaire des opioïdes? Vous êtes-vous déjà posé la question?

L’une des principales fonctions du Collège royal consiste à vous fournir de l’information fondée sur des données probantes et des outils d’apprentissage qui vous aident à accomplir votre travail.

Si votre champ de pratique vous amène à prescrire des opioïdes, vous avez la responsabilité d’adopter des pratiques sécuritaires.

Nous avons tous intérêt à connaître les avantages et les risques associés à l’utilisation des opioïdes, et à encourager nos patients à s’informer sur le sujet.


Les chiffres sont très éloquents :

  • Entre 15 % et 29 % de la population canadienne souffre de douleur chronique (Fischer & Argento, 2012).
  • Le Canada est le deuxième plus grand consommateur d’opioïdes par habitant (Organe international de contrôle des stupéfiants, 2013).
  • En 2012, 18,3 millions d’ordonnances ont été délivrées au Canada. En 2014, ce nombre a augmenté de 18,6 % pour passer à 21,7 millions (Fischer & Argento, 2012).
  • Le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a doublé de 1991 à 2004 (Dhalla et coll., 2009).

Le Collège royal vient de publier un énoncé de principes en matière d’utilisation des opioïdes. J’encourage chacun de vous à le lire. Ce document de deux pages énonce les principes sous-jacents des interventions du Collège royal en réaction à la crise des opioïdes au Canada.

En voici des exemples :

  • Expérience et résultats pour les patients : Les patients devraient profiter pleinement des interventions liées aux opioïdes et à d’autres médicaments pour arriver à une gestion efficace de la douleur tout en réduisant les piètres résultats (c.-à-d. hyperalgésie, myoclonie) et les événements indésirables (c.-à-d. surdose accidentelle, automédication).
  • Promotion de pratiques sécuritaires : [Nous allons] appuyer l’adoption de stratégies et d’approches qui réduisent les effets néfastes, réduire la variabilité des pratiques en matière de prescription, donner les moyens d’évaluer les patients de manière appropriée et réduire le nombre de décès évitables liés à la consommation d’opioïdes.
  • Accès en temps réel à des ressources technologiques et de soutien : Les médecins ont besoin d’avoir accès en temps réel à des ressources éducatives pour prendre des décisions éclairées sur un traitement approprié. Ces ressources doivent être pertinentes au champ de pratique du spécialiste (ainsi qu’au milieu clinique et aux besoins des patients).

Consultez le document intégral [PDF].

En ce qui concerne le dernier point, je suis ravi de vous présenter une première série de ressources qui vous aideront dans vos décisions thérapeutiques. Ces documents de référence sur la gestion de la douleur et les pratiques sécuritaires en matière de prescription d’opioïdes ont été créés à partir de sources nationales et internationales, avec les comités pertinents du Collège royal et des experts à l’échelle du pays.

J’espère que vous prendrez le temps de lire ces documents, et que vous les partagerez avec vos collègues. Aussi, comme je vous ai invité à le faire, j’espère que vous nous ferez part des ressources qui vous ont été les plus utiles et des façons dont nous pourrions maintenir ou améliorer la formation et l’information que nous vous offrons sur cet aspect essentiel de la pratique.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ci-dessous, à m’écrire (dg@collegeroyal.ca) ou à contacter directement l’équipe des politiques de la santé (politiquesdelasante@collegeroyal.ca).

Vous pouvez aussi consulter notre page Web sur l’utilisation sécuritaire des opioïdes si vous souhaitez en apprendre davantage sur nos activités passées ou futures.

Bien cordialement,

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP

Directeur général