Chers collègues,

Lorsque Jason Pennington a étudié à l’Université de Toronto, de 1996 à 2000, il a été pendant un certain temps le seul étudiant autochtone dans toute la Faculté de médecine. Durant ces quatre années, son programme d’études ne comportait qu’un seul cours traitant de santé autochtone.

Nous savons tous que la santé autochtone est un domaine d’un grand intérêt pour les décideurs, la communauté des soins de santé et le grand public. Les inégalités auxquelles sont confrontées les communautés autochtones en matière de bien-être, d’accès aux soins et de qualité des soins sont connues.

Cependant, on parle moins souvent de l’accès à l’éducation, qu’il s’agisse de parcours de formation médicale pour les étudiants autochtones ou de la connaissance des valeurs et des principes en santé autochtone par les travailleurs de la santé; ce sont des facteurs qui peuvent contribuer à d’importants changements.

C’est justement ce que Jason compte faire avec sa collègue, Lisa Richardson.

En 2012, ils ont travaillé avec le Dr Mark Hanson (alors vice-doyen et directeur des admissions en médecine à l’Université de Toronto), à formaliser un parcours distinct de demande d’admission pour les étudiants autochtones. En 2014, ils sont allés encore plus loin et ont cofondé l’Office of Indigenous Medical Education (bureau de la formation médicale autochtone) à la Faculté de médecine de l’Université de Toronto.

Lien rapide – Créer des liens en préparant la banique (Dr Giroux explique comment Lisa et Jason ont influencé sa carrière)

Leur travail et leurs efforts constants ont porté leurs fruits :

  • Augmentation du nombre d’admissions d’étudiants autochtones;
  • Renforcement du programme d’études en santé autochtone;
  • Encadrement de l’apprentissage et du soutien aux étudiants par l’embauche d’un aîné-résident et d’une coordonnatrice de programme, tous deux Autochtones;
  • Développement d’une nouvelle cohorte dynamique et résiliente de médecins autochtones au Canada.

Jason et Lisa sont tous deux les lauréats du Prix Thomas Dignan en santé des Autochtones du Collège royal de 2017. Lisez leur histoire »

Dr Jason Pennington et Dre Lisa Richardson

Dr Jason Pennington, FRCSC

  • Chirurgien de la nation Huron-Wendat
  • Professeur adjoint, Département de chirurgie, Faculté de médecine, Université de Toronto
  • Coresponsable du programme de formation en santé autochtone, programme d’études médicales prédoctorales, Université de Toronto.

Dre Lisa Richardson, FRCPC

  • Interniste de la nation Anishinaabe et d’origine européenne
  • Professeure adjointe, médecine, Faculté de médecine, Université de Toronto
  • Coresponsable du programme de formation en santé autochtone, programme d’études médicales prédoctorales, Université de Toronto.

Une expérience marquante : créer des liens en préparant la banique
(Dr Ryan Giroux, diplômé métis du programme de médecine de l’Université de Toronto)

Le programme de demande d’admission pour les étudiants autochtones à l’Université de Toronto m’a permis d’être admis à la faculté de médecine, de recevoir un soutien durant ma formation, en plus de ressentir un sentiment d’appartenance et le sens du devoir. Il m’a donné la confiance nécessaire pour faire découvrir à mes patients qui je suis. Ceci est particulièrement important auprès des patients autochtones.

Durant l’un de mes stages optionnels, j’ai rencontré une mère autochtone et son bébé dans un centre de ressources pour femmes et enfants. On y offrait d’habitude un cours de cuisine le vendredi pour permettre à tous les participants d’apprendre à cuisiner des plats sains. Sachant qu’elle était d’origine autochtone, j’ai suggéré à la mère de préparer la banique avec moi, le pain amérindien.

Le simple fait de préparer cette banique ensemble est devenu pour nous deux un processus de guérison.

Pendant que nous préparions le pain, je lui ai confié que j’étais Métis, et la méconnaissance d’une grande partie de notre patrimoine autochtone nous a rapprochés. Dans mon cas, elle était attribuable à la séparation de mes parents durant mon enfance et à la rupture des liens avec mon père métis, et dans le sien, au système d’aide sociale.

(Comme nous ne savions pas comment préparer la banique, nous avons dû trouver une recette sur Google; ceci nous a aussi rapprochés!)

On peut dire que cette expérience vraiment intéressante a permis de créer des liens avec un intervenant du système de santé. Cette femme n’avait pas côtoyé de nombreux médecins autochtones canadiens et j’ai ressenti de l’empathie pour elle, car je comprenais ses origines.

Le programme de l’Université de Toronto m’a donné la confiance nécessaire pour partager mes expériences. Sans ce programme et sans le mentorat, le soutien et l’amour de Lisa et Jason, je ne serais pas ici. Tous deux méritent vraiment ce prix. Ce sont de merveilleuses personnes, de formidables médecins et leaders, et de véritables atouts au sein de la communauté médicale canadienne. Leur programme m’a incité à continuer de prodiguer des soins aux peuples autochtones du Canada.


Joignez-vous à moi pour féliciter Lisa et Jason, et les remercier pour leur précieux travail.

Cordialement,

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP

Directeur général