Chers collègues,

Nous faisons partie d’une évolution qui aura vraisemblablement une incidence aussi marquée sur la pratique médicale que la découverte des antiseptiques ou des antibiotiques.

Vous avez probablement remarqué que notre rôle de médecin évolue au fil du temps. Le Collège royal contribue au développement pédagogique en adoptant une approche par compétences pour transformer la formation des médecins, en améliorant les processus d’agrément des programmes de résidence et en définissant un nouveau modèle de développement professionnel continu.

La révolution numérique est réellement à l’origine de ces changements. Nous adoptons peu à peu un système plus riche en soutien et en capacités techniques pour nous aider à établir des diagnostics. Nous devons aussi composer avec l’évolution des catégories de diagnostic, de la stadification des maladies, des signatures moléculaires et des explications sur la maladie. En même temps, presqu’à l’opposé de cette technologie, la quête d’un médecin humain est de plus en plus réelle.

Les patients cherchent un médecin professionnel, qui communique bien (tant pour s’exprimer que pour écouter) et qui défend leurs intérêts au sein d’un environnement numérique — en fonction de lignes directrices et de données probantes, dans des délais très courts. Il s’agit là d’un grand défi pour nous tous. Il nous faudra attendre de voir les conséquences réelles de la répartition du temps, des efforts et de la technologie sur notre façon d’exercer la médecine; mais je surveille ces changements de près et avec intérêt.

Le Collège royal fait partie d’un groupe au sein du Forum médical canadien (chefs de file des principales associations médicales canadiennes) qui s’est penché sur « le rôle évolutif des médecins et de la profession médicale ». Ce projet consiste à présenter une vision pour le « médecin de l’avenir » au Canada, en fonction de l’état actuel et futur de notre système de soins de santé.

Les partenaires du projet viennent tout juste d’avoir accès aux résultats préliminaires d’une enquête multiphase menée dans le cadre de ce projet auprès de médecins canadiens, d’autres professionnels de la santé et de patients, de même qu’à l’examen des travaux de recherche et des rapports sur les rôles des médecins. Je serai ravi de vous en dire plus au sujet de ces résultats et des prochaines étapes lorsque le rapport final sera publié.

D’ici-là, par simple curiosité, j’aimerais savoir quel changement vous a le plus marqué dans votre pratique, de votre entrée en exercice jusqu’à présent.

Recevez mes sincères salutations.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP

Directeur général