Chers collègues,

J’ai le plaisir d’annoncer qu’après plusieurs années d’efforts soutenus, la Pontificia Universidad Católica de Chile (Santiago) a franchi la première étape du processus d’agrément du Collège royal (soit la reconnaissance internationale) au début de l’année, devenant notre première partenaire internationale à franchir cette étape clé. Ce mois-ci, deux autres établissements ont fait de même, le Peking University First Hospital (Beijing, Chine) et la Faculté de médecine de la King Abdulaziz University (Djeddah, Arabie saoudite). Vous vous demandez peut-être ce que cela signifie.

Comme je l’ai expliqué dans mon dernier message, sur la scène internationale, le Collège royal est une petite organisation au sein d’un petit pays, mais de plus en plus influente en raison du nombre croissant de partenariats fructueux avec des établissements dans les pays du Golfe ainsi qu’en Asie et en Amérique latine. Alors que nos activités à l’étranger s’intensifient, j’aimerais préciser davantage le contexte de nos activités en matière d’agrément des programmes de résidence internationaux, leurs exigences et leur importance, tant pour nos partenaires que pour notre organisation.

Liens rapides

En quoi consiste le processus d’agrément des programmes de résidence internationaux?

L’agrément des programmes de résidence, c.-à-d. de la formation postdoctorale, est un processus d’amélioration de la qualité qui permet d’évaluer les programmes en fonction d’un ensemble de normes. Il confirme que les résidents diplômés sont prêts à exercer et possèdent des compétences assurant une prestation des soins de grande qualité. C’est en quelque sorte un examen rigoureux dont chaque programme de formation médicale postdoctorale au Canada doit faire l’objet régulièrement.

Dans le monde entier, l’agrément constitue un objectif louable et important pour nos partenaires universitaires. Cet objectif nous permet d’évaluer l’efficacité de nos normes à l’extérieur du Canada. Nous avons créé un ensemble de normes internationales, en fonction des lignes directrices nationales que nous nous sommes données; cet ensemble de normes équivaut aux normes existantes. Elles sont divisées en deux catégories, comme au Canada :

  1. Normes générales d’agrément à l’intention des établissements offrant des programmes de résidence (c.-à-d. Normes A)
  2. Normes générales d’agrément des programmes de résidence (c.-à-d. Normes B)

L’agrément d’un programme de résidence offert à l’étranger exige de franchir plusieurs étapes — sur plusieurs années — notamment :

  • Visite de consultation de programme (évaluation diagnostique d’un programme de résidence)
  • Examen d’établissement (évaluation de l’établissement/du département qui supervise la formation des résidents, afin de déterminer les ressources et le soutien requis pour les programmes de résidence).
  • Entente de collaboration (partenariat éducatif officiel entre le Collège royal et un établissement).

Remarque : Il existe un ensemble de normes distinct et un processus différent pour l’agrément des programmes de simulation internationaux; il s’agit d’un autre service que nous offrons. Ce printemps, nous avons fait l’annonce du premier programme de simulation étranger agréé par le Collège royal : le Clinical Skills and Simulation Centre de la King Abdulaziz University.

Haut de la page

L’importance de l’agrément des programmes de résidence internationaux

On peut regrouper en deux catégories ce qui amène les établissements de l’étranger à vouloir travailler en partenariat avec nous :

  1. Prestige et renommée : L’agrément d’un programme de résidence offert par un établissement de l’étranger (ou en fonction des normes A) confère un certain prestige. C’est la preuve que sa structure et son infrastructure sont suffisantes et adaptées aux programmes actuels de formation des résidents dans diverses disciplines spécialisées, conformément aux normes du Collège royal.
  2. Voie menant aux examens de certification : Nos établissements partenaires se servent parfois de l’agrément pour passer à la prochaine étape, l’agrément de certains programmes de formation spécialisée. L’agrément d’un programme de résidence par le Collège royal signifie que les stagiaires issus de ce programme agréé seraient admissibles aux examens du Collège royal.

Haut de la page

L’accès aux examens de certification augmentera-t-il la concurrence en matière d’emploi au Canada?

Pour répondre à une question importante que nombre d’entre vous poseront sûrement, non, je ne crois pas que l’agrément d’un programme de résidence international sera synonyme d’une plus grande concurrence au niveau de l’emploi au Canada. Les chiffres sont éloquents. Plusieurs milliers de médecins formés à l’étranger et admis au Canada (leur nombre s’accroît d’année en année) ne peuvent pas exercer leur discipline ou leur spécialité, faute d’en avoir obtenu l’autorisation au Canada ou d’avoir obtenu le permis d’exercice. La possibilité qu’un petit nombre de stagiaires issus de programmes internationaux obtiennent la certification du Collège royal — une étape pour obtenir le permis d’exercice, mais pas nécessairement le statut d’immigrant — n’aura pas, selon moi, d’effet concret sur l’emploi des médecins au Canada. Ce processus a pour but d’aider des établissements à l’étranger à fournir une formation de grande qualité afin de fournir des services à la population dans ces pays et de répondre aux besoins des patients. De même, la plupart de ces stagiaires reçoivent cette formation afin d’être reconnus pour avoir suivi un programme de renommée internationale, qui répond à des normes élevées et qui les rend admissibles à une certification de même haut niveau. Ceux qui désirent s’établir au Canada immigrent ici de toute façon, et ce, qu’ils puissent se présenter ou non à nos examens.

Haut de la page

Poursuite de nos autres activités à l’étranger

Je suis emballé par l’intérêt de nombreux Associés et éventuels partenaires à l’égard de nos services à l’étranger. En plus de l’agrément des programmes de résidence, nous continuons d’offrir de l’aide sous forme d’ateliers adaptés, de soutien aux conférences, d’échanges d’enseignants, d’agrément de programmes de simulation, et d’autres activités qui permettent de partager les expériences, le savoir et les méthodes. Par exemple, à compter du 1er novembre 2016, le Collège royal amorcera officiellement un nouveau partenariat de trois ans avec le Kuwait Institute for Medical Specialization afin de contribuer à la réforme de ses programmes de formation médicale postdoctorale. Nous sommes ravis de ce développement dans le cadre de notre relation avec cet excellent établissement. Nous travaillons en étroite collaboration avec son secrétaire général, le Dr Ibrahim Hadi, FRCPC, et le président du Bureau de l’agrément et des affaires liées à la qualité du Centre de formation médicale postdoctorale, le Dr Maitham Husain, FRCPC, Associés du Collège royal. Le Dr Hadi a reçu sa formation par l’entremise de l’Université Western en Ontario et obtenu un certificat en anesthésiologie. Le Dr Husain, quant à lui, a obtenu un certificat en pédiatrie et en immunologie clinique et allergie au terme d’une formation à l’Université McMaster et à l’Université de Toronto, respectivement.

Haut de la page

Pourquoi la collaboration avec des partenaires internationaux profite à tout le monde

Je crois qu’il importe d’avoir à cœur les gens autour de nous ainsi que nos activités. J’appuie la vision du Collège royal, « La santé à son meilleur et des soins optimaux pour tous ». Je suis fier des normes de programme de notre organisation. Je pense qu’elles nous permettent d’aller un peu plus loin pour concrétiser cette vision et qu’elles aident aussi d’autres partenaires, dans le monde entier, à offrir une meilleure formation et de meilleurs soins.

Nous devons toujours être à l’affût des possibilités, prendre le temps d’analyser, de collaborer et de consulter. Pour citer une de mes expressions favorites dont j’ignore la source, « un esprit étiré et stimulé par une nouvelle idée ne revient jamais à son état original ». Le Collège royal tire de très grands avantages de ses partenariats internationaux. Je continuerai de vous informer de l’avancement de nos travaux dans ce domaine.

Recevez mes sincères salutations.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général

 

Haut de la page