Chers collègues,

Je me suis rendu à Montréal et à Halifax au début du mois pour effectuer des visites de sensibilisation dans les facultés de médecine. La compétence par conception et les progrès réalisés dans cette initiative, il ne faut pas s’en surprendre, comptent parmi les thèmes qui ont suscité un intérêt notable. En quelques mots : les choses commencent à prendre forme.

Il y a des années de cela, quand nous commencions à parler de l’approche par compétences en formation médicale, celle-ci ne représentait qu’une simple idée. Elle s’est depuis transformée en action.

J’ai été agréablement surpris de constater que tant parmi vous ont manifesté, dans notre sondage sur les communications, un intérêt à en apprendre davantage sur l’approche par compétences en formation médicale. La compétence par conception (CPC) est notre vecteur d’introduction et de mise en œuvre d’une telle approche. Le développement professionnel continu empruntera tout naturellement la même voie par la suite.

J’aimerais, dans ce message, vous donner un bref compte rendu de cette initiative.

 

La grande nouvelle : une modification à notre calendrier de mise en œuvre

Nous avons récemment suspendu la mise en œuvre intégrale de La compétence par conception pour les disciplines de la cohorte 1 : oto-rhino-laryngologie — chirurgie cervico-faciale et oncologie médicale, prévue à l’origine pour le 1er juillet 2016. À la place, ces deux disciplines effectueront des essais sur des aspects de La compétence par conception sur le terrain, tout au long de 2016.

Il s’agit d’un exemple intéressant de cas dans lequel le processus reflète la philosophie sous-jacente à l’initiative.

Au moment même où la CPC adoptait une approche fondée sur les résultats accompagnée de rétroactions fréquentes, délaissant notre modèle actuel basé sur le temps, il nous a fallu nous livrer à une réflexion sur notre propre approche basée sur le temps pour présenter la CPC et la mettre en œuvre, et adapter nos plans.

Cette décision reposait sur des commentaires que nous avons reçus et des questions qui restent encore à traiter, comme l’état de préparation des enseignants, les processus d’évaluation, et ainsi de suite. Nos partenaires ont accueilli favorablement notre choix de reporter la mise en œuvre intégrale pour la cohorte 1 jusqu’à ce que nous ayons la chance d’intégrer et de tester les composantes dans diverses situations cliniques et que nous tirions des leçons de ces expériences.

 

Nous avons convenu des quelques étapes suivantes pour la résidence avec les doyens aux études postdoctorales :

  1. Former des groupes consultatifs qui seront chargés de conseiller sur des questions essentielles comme l’évaluation, la mise en œuvre, les politiques et les lignes directrices (avec les doyens aux études postdoctorales et autres, le cas échéant).
  2. Créer un comité consultatif national sur La compétence par conception (avec les organisations sœurs et les intervenants).
  3. Travailler en partenariat pour développer un cadre propice au nouveau modèle de mise en œuvre (qui devra être validé par le Conseil).

Il nous importe que tous nos partenaires de l’éducation médicale aient la possibilité d’influencer ce travail. Nous voulons que le produit final soit une source de fierté pour tous et qu’il réponde aux besoins propres de chacun. La décision de repousser la mise en œuvre nous accorde le temps nécessaire pour travailler ensemble à des solutions et soumettre notre modèle à des essais par étapes.

 

Autres résultats concrets de La compétence par conception :

  • Nous avons lancé CanMEDS 2015 en octobre dernier. Je suis particulièrement fier de ce que représente le référentiel révisé : une collaboration fructueuse avec les parties intéressées, les associations et les membres. Je suis persuadé qu’il sera un guide précieux pendant nombre d’années à venir.
  • Des groupes en plus grand nombre définissent leurs jalons et leurs EPA. Nous poursuivons notre travail avec un plus grand nombre de groupes de spécialistes à la définition des jalons et activités professionnelles acquises et validées (EPA) propres à leur discipline. Les participants aux ateliers sont animés d’une énergie et d’un enthousiasme débordants. Ils voient que La compétence par conception commence à se concrétiser, et plus d’un a maintenant acquis une meilleure compréhension des avantages de cette initiative.
  • Nous avons mis à disposition nos premiers outils et ressources. Nous nous sommes engagés à créer des outils et des mécanismes de soutien à l’apprentissage destinés à aider les facultés de médecine dans la mise en œuvre de la CPC. Nous avons jusqu’à maintenant produit des guides de mise en œuvre, des documents d’information, une Feuille de route de la CPC, le Guide préparatoire et un premier site Web CanMEDS interactif. D’autres ressources s’ajouteront au cours de l’année qui vient.
  • Des activités à foison : Si je devais mentionner tous les projets sur lesquels nous travaillons à l’heure actuelle, ce message s’allongerait considérablement. Je signalerai, entre autres, que nous réévaluons nos plans pour le portfolio électronique MAINPORT et que nous amorçons le travail sur l’agrément.

 

Vous souhaitez être informés régulièrement sur La compétence par conception?

Si vous désirez en apprendre davantage au sujet de la CPC ou partager des informations sur cette initiative au sein de vos réseaux, vous avez accès à un bon nombre de ressources : www.collegeroyal.ca/cbd/resources.

J’aimerais attirer votre attention plus particulièrement sur deux de ces ressources :

  1. Point de contact de la CPC est publié trois fois par année. Il s’agit de la meilleure façon de vous tenir informés des nouvelles se rapportant à notre travail sur l’approche par compétences en formation médicale. Le prochain numéro paraîtra à la mi-mars. Inscrivez-vous pour recevoir le Point de contact de La compétence par conception.
  2. Pour une présentation de base sur l’approche par compétences en formation médicale et La compétence par conception, je vous recommande de consulter notre Foire aux questions.

Afin que la CPC soit une réussite, chacun doit pouvoir s’exprimer et tout le monde doit être entendu. J’attends avec intérêt les prochaines étapes et c’est avec plaisir que je vous livrerai des comptes rendus un peu plus tard cette année.

Je vous prie de recevoir mes sincères salutations.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général

 

P. S. Si vous souhaitez partager une question ou un commentaire au sujet de notre travail sur La compétence par conception, écrivez-nous à cbd@collegeroyal.ca.

 


 

Rétroaction obtenue lors de l’atelier sur la CPC en médecine d’urgence (février 2016)

Dre Carolyn Snider, MD, FRCPC

« Je m’attendais vraiment à ce que ce changement exige beaucoup de temps, mais je réalise maintenant que ce ne sera pas le cas; en fait, l’enseignement sera amélioré, et nos résidents et moi-même comme enseignante y trouverons nombre d’avantages. »

Carolyn Snider, MD, FRCPC
Clinicienne-chercheuse, Département de médecine d’urgence, Université du Manitoba

Dr Sandy Dong, MD, FRCPC

« Au début, la CPC était cette énorme tâche décourageante, une montagne gigantesque à gravir. Au cours des derniers jours, elle a été répartie en étapes plus faciles à gérer, et les animateurs ont résolument rendu assimilable le programme de chaque journée. »

Sandy Dong, MD, FRCPC
Directeur de programme, Département de médecine d’urgence, Université de l’Alberta

Dr Stephen Choi, MD, FRCPC

« Ce qui va le plus profiter aux patients, c’est que nous utilisons la compétence comme point de repère; cela m’enthousiasme parce que c’est tellement logique. »

Stephen Choi, MD, FRCPC
Directeur de programme, médecine d’urgence, Université d’Ottawa

Dr Brian R. Holroyd, MD, MBA, FACEP, FRCPC
(Source : Alberta Health Services)

« Grâce à cet atelier, j’ai eu l’occasion de constater à quel point le Collège royal et son personnel sont bien organisés en ce qui concerne le soutien à la transition vers la CPC. Il s’agit, à mon avis, d’un virage et d’une évolution de grande importance dans la formation médicale, et il est très rassurant de voir la part substantielle de planification réalisée par le Collège royal et l’excellente organisation dont il fait preuve pour appuyer cette transition. »

Brian R. Holroyd, MD, MBA, FACEP, FRCPC
Professeur et directeur, Département de médecine d’urgence, Faculté de médecine et dentisterie, Université de l’Alberta

Directeur médical principal, Réseau stratégique des soins cliniques d’urgence, Alberta Health Services