Chers collègues,

Peu importe votre spécialité ou votre champ de pratique, vous rencontrez des patients atteints d’un trouble mental, que ce trouble soit visible ou non. J’aimerais vous faire part des travaux importants entrepris par le Collège royal en collaboration avec plusieurs partenaires afin d’aider les Associés à approfondir leurs connaissances et leurs compétences et, par conséquent, d’améliorer les soins aux patients atteints de troubles mentaux ou ayant des problèmes de toxicomanie ou de dépendance.

En juin, un comité directeur, regroupant le Collège royal, le Collège des médecins de famille du Canada, l’Association des psychiatres du Canada (APC), l’Association médicale canadienne et la Commission de la santé mentale du Canada (CSMC), ainsi que deux personnes ayant un vécu expérientiel de la maladie mentale, a publié un rapport important intitulé Compétences fondamentales en santé mentale pour les médecins. Ce rapport constitue une première étape importante dans ce qui se doit être un effort plus vaste; il décrit les compétences fondamentales dont les médecins et les associations de spécialistes ont besoin pour mettre en place des milieux de pratique propices à l’amélioration des soins aux patients atteints de troubles mentaux ou ayant des problèmes de toxicomanie ou de dépendance.

Permettez-moi de vous présenter le contexte de ces travaux d’envergure.

La plupart d’entre vous sont sans doute familiers avec les statistiques accablantes en matière de santé mentale au Canada. Plus de 6,7 millions de Canadiens ont un trouble mental et, selon Statistique Canada, environ 17 pour cent de la population âgée de 15 ans ou plus a eu besoin de services de santé mentale au cours des 12 derniers mois. Parmi ce groupe, 600 000 personnes (12 pour cent) ont indiqué que le système de soins de santé n’a pas répondu à leurs besoins.

Le Collège royal est profondément convaincu que tous les médecins doivent au moins acquérir les connaissances, les compétences et les comportements fondamentaux pour interagir avec ces patients de façon à leur offrir les meilleurs soins possible. Alors pourquoi le système ne répond-il pas aux besoins? Quelles sont les lacunes du système?

Vaste documentation mettant en évidence des failles fondamentales

Des rapports canadiens, ayant examiné les besoins non satisfaits en matière de santé mentale et de problèmes de toxicomanie ou de dépendance, mettent en évidence une absence de coordination et d’intégration des services, des disparités régionales, une insuffisance des ressources et une inadéquation des objectifs, une stigmatisation systémique et des lacunes importantes quant aux soins. De plus, ces rapports révèlent comme source de préoccupation importante, surtout pour les Associés, le manque de préparation des professionnels de la santé. À titre d’exemple, un rapport de la CSMC met l’accent sur l’absence d’éducation et de préparation pour les médecins ne se spécialisant pas en santé mentale durant la formation médicale. Par ailleurs, le Royal College of Psychiatrists estime que les médecins de famille consacrent 30 pour cent de leur pratique à des problèmes de santé mentale.

Afin de s’adapter à ces réalités, la CSMC a publié en 2012 un rapport stratégique intitulé Changer les orientations, changer des vies : Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada. Ce rapport constitue le plan directeur des changements à apporter sur la façon dont les médecins abordent le diagnostic et le traitement des troubles mentaux et des problèmes de toxicomanie ou de dépendance. Ce document propose des recommandations sur la simplification de l’adoption par le système d’approches axées sur la guérison pour traiter ces troubles, sur le renforcement de la pratique en collaboration pour prendre en charge ces problèmes et sur l’intégration des services de santé mentale aux services de santé de première ligne. Les recommandations visent aussi la problématique constante de stigmatisation ainsi que les défis associés à l’accès en temps opportun aux soins de santé physique appropriés pour les personnes aux prises avec un trouble mental.

Compétences fondamentales pour tous les médecins

Le Collège royal reconnaît le lien évident entre la santé physique et la santé mentale et est résolu à aider les médecins à offrir de meilleurs soins aux Canadiens atteints de troubles mentaux ou ayant des problèmes de toxicomanie ou de dépendance. Nous prenons très au sérieux les recommandations formulées dans ces nombreux rapports qui mettent l’accent, entre autres, sur l’importance de l’acquisition de compétences fondamentales en santé mentale par tous les médecins. C’est la raison pour laquelle nous avons mis sur pied le comité directeur en 2011, en collaboration avec la CSMC et nos autres partenaires (nommés ci-dessus), afin d’élaborer des compétences par l’entremise du rapport Compétences fondamentales en santé mentale pour les médecins.

Ce rapport souligne que tous les médecins doivent acquérir des compétences fondamentales en santé mentale, puisque la plupart des patients atteints de troubles mentaux sont traités par un médecin non psychiatre. Les objectifs, les principes et les compétences fondamentales proposés dans ce rapport ont été établis en fonction du cadre CanMEDS, qui représente la structure du maintien des compétences et de l’apprentissage continu. Ce cadre était essentiel dans l’élaboration du rapport, qui souligne d’ailleurs que la pratique en collaboration en santé mentale est un modèle de prestation de services de plus en plus souvent privilégié puisqu’il comprend la participation des médecins de famille, des psychiatres et des autres fournisseurs de soins en santé mentale.

Compétences pertinentes pour tous les médecins

Donald Addington, le président du conseil d’administration de l’Association des psychiatres du Canada, a représenté ses membres lors de l’élaboration du rapport. Ses commentaires reflètent l’engagement de sa spécialité au travail du comité directeur. Permettez-moi de le citer : « L’Association des psychiatres du Canada reconnaît l’importance majeure du rapport Compétences fondamentales en santé mentale pour les médecins. L’énoncé clair du document selon lequel les compétences en santé mentale sont pertinentes pour tous les médecins renforce le concept de santé mentale comme composante essentielle de la santé ».

Le Dr Addington a également affirmé qu’il se réjouit de la perspective de collaborer avec le Collège royal et les autres spécialités afin de proposer et d’élaborer des compétences plus spécifiques. Je crois qu’il s’agit de l’une des prochaines étapes essentielles. Compétences fondamentales en santé mentale pour les médecins est un document de base très utile et, puisque les compétences sont pertinentes pour tous les aspects des soins de première ligne, j’espère que ce rapport contribuera à la réalisation d’autres travaux dans toutes les disciplines.

Lecture de ce rapport : première étape pour l’amélioration de vos connaissances

Je vous encourage tous à lire le rapport Compétences fondamentales en santé mentale pour tous les médecins. Ce rapport est relativement court; il s’agit également d’un résumé des pratiques exemplaires à suivre lors des interactions avec des populations vulnérables pouvant être utile pour tous les membres de la communauté médicale.

De plus, avec l’aide de nos collègues de l’APC, nous avons préparé une liste d’articles et de ressources connexes permettant aux Associés de parfaire leurs connaissances. (Vous pouvez utiliser la lecture de ces articles dans le cadre de votre cycle de Maintien du certificat annuel.) Ces ressources peuvent aussi contribuer à faire émerger des idées de projets de formation personnels qui vous permettront d’approfondir vos connaissances sur le diagnostic et le traitement des troubles mentaux et des problèmes de toxicomanie ou de dépendance.

Il est aussi important pour vous d’explorer d’autres occasions d’apprentissage au sein de votre association de spécialistes. Je vous invite aussi à me faire part de vos suggestions sur des possibilités de développement professionnel que nous pourrons partager avec vos collègues.

La santé mentale touche tous les Canadiens et, par conséquent, tous les médecins rencontreront inévitablement des patients atteints de troubles mentaux. Ce rapport constitue une première étape importante visant à aider les Associés à améliorer les soins pour ces patients. Je crois qu’un vaste effort de collaboration sera essentiel pour mieux définir les compétences en santé mentale nécessaires à la prestation de soins de grande qualité.

Au plaisir de recevoir de vos nouvelles et de discuter avec vous de ce projet.

Veuillez recevoir mes salutations les plus sincères.

Andrew Padmos, MD, FRCPC, FACP
Directeur général


 

Ressources recommandées par l’APC