Chers collègues,

Les récentes nouvelles alarmantes au sujet des différentes crises sanitaires de par le monde qui sous-entendent l’urgence de préparer les équipes et les systèmes de santé à faire face à des crises de ce genre attirent l’attention sur un secteur important des activités du Collège royal : notre Unité de la pratique, de la performance et de l’innovation (PPI). Certains Associés ne connaissent peut-être pas ce domaine de notre expertise aussi bien que d’autres secteurs; j’ai donc pensé qu’il serait approprié de consacrer mon message du mois d’août au succès de la PPI et à l’élargissement de son offre de programmes.

La PPI élabore, à l’intention des médecins et des équipes de soins interprofessionnelles, des programmes qui les aident à maintenir leur compétence pour des situations qu’ils rencontrent rarement dans la pratique. À l’aide de la technologie fondée sur la simulation comme base de ses programmes, la PPI vise le maintien des compétences en communication, ainsi que l’amélioration des soins intensifs, de la prise de décisions et de la rapidité d’intervention dans des circonstances inhabituelles. La PPI a offert ses programmes dans tout le Canada et à divers endroits dans le monde qui en ont exprimé le besoin, donnant un éventail de cours allant des incidents critiques en soins intensifs et des simulations de situations de fin de vie à la formation d’éducateurs en simulation.

À titre d’exemple, notre équipe de la PPI a récemment présenté un cours en Arabie saoudite qui a aidé les professionnels de la santé de première ligne à faire face à l’éclosion du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO). Cette initiative a pris forme après que le ministre de la Santé de l’Arabie saoudite m’a contacté personnellement, étant à la recherche d’une solution pour améliorer les compétences des équipes sanitaires qui traitent des patients présentant des problèmes indifférenciés. (La réputation du Collège royal à l’échelle internationale est telle que cette personne s’est adressée à nous pour obtenir de l’aide.)

Dans ce cas particulier, la PPI a relevé le défi en adaptant une version de son approche de simulation d’incidents critiques en soins intensifs (ACES), une intervention pédagogique que l’unité a créée à la suite de la crise du SRAS qui s’est produite ici au Canada. L’équipe interprofessionnelle de médecins, d’experts en simulation, d’infirmières et d’inhalothérapeutes que nous avons envoyée en Arabie saoudite pour prêter assistance dans le contexte du SRMO reviendra à la fin du mois d’août.

Dans une autre initiative récente, cette fois au Népal, le ministère de la Santé nous a demandé de perfectionner les compétences des médecins qui travaillent dans les hôpitaux communautaires afin qu’ils puissent prodiguer des soins à des patients en phase critique. Là encore, nous avons utilisé l’approche ACES, que nous continuons de déployer dans le monde.

Programmes élaborés par l’unité elle-même

Notre Unité de la PPI gère le processus de prestation des cours du début à la fin : ses concepteurs pédagogiques élaborent le matériel en fonction des besoins, puis donnent les cours en tant qu’éléments de stratégies éducatives plus vastes. Il s’agit là d’une distinction importante de notre travail avec la PPI. L’unité n’est pas un « magasin » de cours. Son équipe mène des recherches sur les besoins et les difficultés de systèmes de santé complexes et se sert de son savoir dans le cadre de stratégies de plus grande portée destinées à apporter des changements constructifs aux systèmes.

Éloges du cours de la PPI sur la formation des éducateurs en simulation

Pour illustrer, on peut citer le projet que la PPI a récemment entrepris à l’École de médecine du Nord de l’Ontario. En raison des défis uniques de l’exercice de la médecine dans le Nord, l’école devait améliorer les compétences en soins intensifs et d’urgence d’individus qui effectuaient la transition vers le programme de médecine générale. Il est courant que les omnipraticiens du Nord prodiguent durant des heures des soins à des patients gravement malades dans des unités de soins intensifs avant qu’il soit possible d’évacuer ces patients par avion vers des établissements de plus grande envergure. Notre équipe de la PPI a évalué les besoins du programme, de même que les besoins de ses enseignants, et a intégré le perfectionnement des apprenants et des enseignants dans une stratégie pédagogique plus générale pour l’École de médecine du Nord de l’Ontario.

Du côté de l’érudition, l’Unité de la PPI termine les dernières étapes d’un projet à Cornwall, en Ontario. La PPI examine les difficultés liées au transfert de malades des hôpitaux communautaires à des établissements de soins tertiaires. Ici aussi, l’intervention éducative issue de ce projet s’insérera dans une intervention plus vaste, destinée à susciter des changements dans le système pour ce domaine.

La simulation est un instrument d’apprentissage éprouvé

La méthode pédagogique de la PPI, qui consiste en une formation pratique dans un milieu de travail simulé, favorise un apprentissage plus approfondi et un meilleur rappel des connaissances acquises. Un ensemble substantiel d’études révèle que la simulation offre un environnement sécuritaire tant pour l’apprentissage que pour l’équipe en général, et plus particulièrement en ce qui concerne des situations extrêmement stressantes ou qui se produisent rarement. Plus important encore, il a été constaté qu’un bon nombre des aptitudes techniques acquises dans le laboratoire de simulation, dont l’insertion de cathéters centraux constitue un exemple, se traduisent en de meilleurs résultats pour les patients.

Jusqu’à maintenant, nos clients nous ont transmis des commentaires incroyablement positifs au sujet de nos cours de la PPI et de la formation pratique qu’offre l’équipe. Notre succès découle en grande partie des efforts des personnes talentueuses et énergiques qui forment l’équipe centrale. La Dre Susan Brien, MEd, CSPQ, FRCSC, CPE, directrice, Pratique et Innovation des systèmes au sein du Collège royal et vice-présidente, Asie-Pacifique, au sein de Collège royal International, dirige la PPI, et on lui reconnaît le mérite d’avoir réuni pour l’unité une équipe de spécialistes des soins intensifs qui contribue une solide expérience au travail en collaboration. Le Dr Pierre Cardinal, FRCPC, est chef des soins intensifs à l’Hôpital d’Ottawa et chercheur principal à la PPI; il est également le fondateur de l’Institut canadien de réanimation, à partir duquel la PPI a été formée à l’origine. Le Dr Cardinal supervise la recherche, le développement, la conception et l’amélioration des cours de la PPI. Angèle Landriault, infirmière en soins intensifs, est la nouvelle gestionnaire de l’unité, et Kevin McCarragher est l’expert en médias qui aide la PPI à créer les contenus audiovisuels et les scénarios pédagogiques dont l’équipe se sert pour la prestation des cours.

L’équipe comprend également trois éducateurs en simulation et un éducateur en sécurité des patients qui donnent de leur temps pour aider le Collège royal dans ses efforts pour encourager les Associés à inclure la simulation dans leurs propres programmes de formation. J’incite vivement tous les Associés à visiter les pages Web de la PPI pour apprendre à mieux connaître cette unité et voir comment les cours qu’elle offre peuvent renforcer les capacités, en plus d’améliorer considérablement l’expertise au sein des équipes.

Comme toujours, j’ai hâte de savoir comment les Associés considèrent la PPI du Collège royal, et de recevoir vos bonnes suggestions pour faire progresser cette unité. Compte tenu du mandat de la PPI, de quel programme supplémentaire ou élargi votre équipe de soins de santé pourrait-elle profiter le plus? Peut-être avez-vous une question au sujet des avantages de la simulation dans votre pratique ou votre milieu de travail à laquelle nous pourrions fournir une réponse? J’attends avec intérêt de lire vos commentaires et je me réjouis de votre engagement à l’égard de cet important travail.

Veuillez recevoir mes salutations les plus sincères.

Andrew Padmos, MD, FRCPC, FACP
Directeur général


 

 

Intégrez la simulation dans votre plan éducatif

Photos impromptues illustrant les travaux diversifiés de la PPI en éducation

Éloges du cours de la PPI sur la formation des éducateurs en simulation

« Un cours exceptionnel que doit absolument suivre toute personne intéressée à utiliser la simulation comme méthode de formation, et je recommande fortement ce cours aux cliniciens enseignants en général. »
Paul Engels, MD, FRCSC, FACS

« Ce cours est excellent, non seulement parce qu’il explique comment présenter la simulation en portions facilement assimilables, mais aussi parce qu’il situe la simulation en contexte dans le cadre de l’élaboration d’un programme. J’ai appris plus sur les techniques pédagogiques durant ce cours (particulièrement en ce qui concerne le débreffage comme occasion de fournir de la rétroaction aux étudiants) qu’en 25 ans d’enseignement à mes étudiants et à mes collègues. »
Jerome Dansereau, MD, FRCPC, MHSc (épidémiologie clinique)

« J’ai assisté à ce cours durant mon stage de perfectionnement en KidSIM à l’hôpital pour enfants de l’Alberta; il m’a réellement aidé à organiser mes réflexions et à définir un plan pour l’étude, la rédaction, la réalisation et le débreffage de scénarios durant mon stage. J’espère que ce plan me sera également utile à mon retour en Arabie saoudite. »
Amani Azizalrahman, MD (médecine d’urgence)

« Je suis vraiment persuadé d’avoir acquis les connaissances et les outils pour devenir un meilleur éducateur en simulation après avoir suivi ce cours. J’ai aussi d’excellentes références bibliographiques et une liste de personnes à qui je peux m’adresser lorsque surgissent des questions! »
Tania Dumont, MD, FRCSC

« Un excellent cours pour toute personne impliquée dans la formation par simulation. Moi qui fais de la simulation depuis 10 ans, et qui croyais tout connaître! »
Louis Gagnon, MD, Chicoutimi