Chers collègues,

Plus tôt ce mois-ci, j’annonçais la publication de la toute première enquête sur l’emploi des spécialistes réalisée par le Collège royal. J’ai signalé qu’à l’issue de deux années de recherche, nous avons découvert qu’une mauvaise planification des effectifs empêchait de nombreux médecins spécialistes à trouver un emploi dans leur domaine. Comme l’indique notre rapport, cette réalité est déconcertante puisque les Canadiens peuvent attendre des mois, voire des années, avant de rencontrer un spécialiste. Comment peut-on croire qu’il est normal d’attendre aussi longtemps alors que nos collègues ont de la difficulté à trouver du travail?

Nous ne pouvons conclure, à partir des résultats de notre enquête, qu’il y a trop de médecins spécialistes au Canada.

Le rapport a suscité beaucoup d’intérêt et de réactions, non seulement de la part des membres du Collège royal, mais aussi des médias. Nos constatations ont fait l’objet de plus de 55 articles, clips télévisés et entrevues radiophoniques. Certains ont commenté un aspect particulier du rapport — par exemple, le message clé selon lequel six pour cent des médecins spécialistes sont incapables de trouver un emploi dans leur domaine — alors que d’autres ont vu le rapport comme une occasion de partager leur point de vue au sujet du piètre état du système de santé.

Des médias ont même conclu, à tort, que le Canada compte trop de spécialistes. Lorsque nous avons publié le rapport, nous avons pourtant insisté sur le fait que nos résultats ne nous permettaient pas d’en venir à une telle conclusion. Le chômage chez les spécialistes est beaucoup trop complexe pour que l’on puisse l’interpréter comme une simple question d’offre et de demande.

Des solutions systémiques s’imposent pour remédier à un problème systémique. En février, le Collège royal se penchera davantage sur ces enjeux à l’occasion d’un forum national qui réunira des résidents, des chefs de file en soins de santé et au gouvernement et des experts en formation médicale. Nous nous attendons à ce que ce forum permette d’établir une collaboration pancanadienne entre les différentes sphères de compétence au sujet de la planification des effectifs en vue de nous attaquer à ce problème de taille.

Un dialogue animé sur un enjeu clé en matière de ressources humaines.

Je me réjouis du nombre d’Associés qui ont fait appel au blogue pour partager leur point de vue et leurs expériences; nous avons reçu plus de 130 commentaires. Nombre d’entre eux ont analysé les constats du rapport en long et en large, alors que d’autres ont exprimé leur mécontentement à l’égard d’une stratégie de ressources humaines de la santé qui n’a aucune utilité pour eux, ni pour leurs éventuels patients. J’ai été touché par la compassion et l’encouragement que vous avez témoignés aux jeunes médecins qui ont de la difficulté à trouver un emploi.

Je vous informerai des progrès réalisés et je vous invite à nous faire part d’autres commentaires à ce sujet, notamment des idées et des réflexions dont nous pourrions discuter lors du Sommet national sur l’emploi des médecins prévu en 2014.

Sincères salutations,

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général