Chers collègues,

Il y a un an, je vous ai parlé du déroulement des activités qui contribuent au rayonnement international du Collège royal. J’ai expliqué sommairement comment nous entendons faire appel à nos partenaires internationaux et les aider à atteindre leurs buts en matière de formation médicale postdoctorale (FMPD), de pratique spécialisée et à assurer par le fait même des soins de santé de qualité sur place.

Depuis, nous en sommes au point où nos avancées constantes nous permettront d’atteindre nos objectifs stratégiques sur la scène internationale. Vous vous rappellerez que notre plan stratégique de 2012 nous donne une ligne d’action jusqu’en 2014. Dans les points qui y sont énoncés, nous expliquons comment nous comptons étendre notre rayonnement international en mettant en valeur les normes et en renforçant les capacités dans les domaines de la formation médicale spécialisée, de l’apprentissage et du développement professionnels. (Collège royal Canada International, ou CRCI, une entité distincte de notre organisation, s’en charge).

Une progression vers une participation stratégique

Lors de mon dernier message, CRCI recevait surtout des demandes afin d’assurer des services éducatifs à court terme avec des partenaires. Par exemple, un partenaire outremer nous demandait d’offrir un atelier sur CanMEDS ou un cours sur la simulation de cas aigus en soins intensifs. Nous ne savions pas vraiment si nos interventions portaient leurs fruits ou cadraient avec les plans globaux de ce partenaire en matière de FMPD.

Nous visons désormais à intervenir de façon plus stratégique auprès de nos partenaires internationaux en apprenant à mieux connaître leurs objectifs à long terme et en déterminant l’aide précise que nous pouvons leur apporter. Ainsi, notre rayonnement international prend la forme de services moins axés sur l’apport de connaissances, de compétences ou d’une expertise particulière, mais plutôt sur l’établissement de relations stratégiques qui nous feront mieux connaître les besoins sous-jacents de nos partenaires et les interventions progressives et ciblées qui s’avèreront fructueuses au fil du temps.

Par exemple, nous mettons en place une nouvelle relation à long terme avec la Pontifica Universidad Catholica de Chile (PUCC). Nous avons collaboré de diverses façons depuis trois ans avec notre partenaire chilien : nous avons revu le programme d’études prédoctorales, procédé à plusieurs examens de programmes postdoctoraux de résidence et offert plusieurs ateliers, entre autres sur CanMEDS, le professionnalisme et l’agrément. Nos visites de suivi indiquent que les résultats de nos évaluations sont mis à profit dans d’autres programmes, ainsi que nombre de nos recommandations. Surtout, en connaissant mieux le Collège royal, les intervenants de la PUCC ont aussi appris à mieux connaître notre Conférence internationale sur la formation des résidents et reconnaissent l’importance de mettre sur pied un événement similaire. En octobre 2013, la PUCC, la Pan American Health Organization et le Collège royal présenteront la toute première conférence sur la formation des résidents en Amérique latine, appelée LACRE. Voilà le niveau de participation que nous veillerons à développer avec nos partenaires internationaux, dans la mesure du possible.

Nous devons recruter un plus grand nombre d’Associés

Il va sans dire que jouer un rôle accru auprès de nos partenaires exigera davantage de ressources bénévoles au fil du temps. En juillet, un atelier de formation pour favoriser le rayonnement international nous a permis de doubler (de 15 à 30) le nombre d’Associés désirant contribuer à ces efforts de façon bénévole. On y décrivait les contextes culturels dans lesquels ils devront œuvrer (Amérique latine, Asie, Moyen-Orient), comment ils devront communiquer avec les partenaires internationaux, d’autres différences culturelles et compétences requises dans divers contextes géographiques et politiques. Notre défi est le suivant : assurer la formation, la participation et la préparation d’un nombre approprié d’Associés pour effectuer le travail. J’invite tous les Associés qui souhaitent contribuer à notre rayonnement international à s’inscrire en tant que bénévoles.

Le Collège royal a avantage à intensifier le rôle de CRCI

Certains Associés me demandent pourquoi nous avons fait du rayonnement international l’une de nos priorités stratégiques. En fait, il y a deux raisons. La première : c’est à notre avantage. Lorsque nous collaborons avec des pays qui souscrivent à nos valeurs, nous renforçons notre réputation d’excellence en matière de FMPD et de pratique spécialisée. Nos activités nous rendent plus visibles et font valoir notre réputation à l’étranger. Ce sont des atouts de taille.

La deuxième : nous prenons part aux efforts de nos partenaires outremer, car nous croyons que l’aide apportée à la population sera bénéfique. Nos activités sur la scène internationale témoignent de la valeur que nous accordons au système canadien de formation médicale, en particulier lorsque nous la comparons aux normes des pays qui sont nos partenaires. Partager nos connaissances, notre expertise et nos systèmes fait donc partie intégrante de notre vision altruiste. Pourquoi ne voudrions-nous pas contribuer à améliorer la FMPD et la pratique spécialisée et, par le fait même, la qualité des soins de santé à l’étranger?

Compte tenu de la mondialisation et de l’évolution du système de soins de santé, les pays en développement aspireront à des programmes de formation médicale de la plus haute qualité. Un grand nombre d’entre eux voire la plupart choisiront d’adopter les pratiques et l’expertise des autres plutôt que de consacrer le temps et les ressources nécessaires pour bâtir leur propre infrastructure de FMPD, à partir de la base. La question que nous devons nous poser est la suivante : souhaitons-nous que le Collège royal soit considéré comme l’un des organismes d’agrément et de certification de premier ordre par ces partenaires internationaux? Oui, c’est évident.

Comme toujours, je vous invite à faire part de vos réflexions sur ce sujet et sur tout autre sujet que vous jugez important. Vaut-il la peine de consacrer l’expertise et les ressources du Collège royal à l’établissement de partenariats avec des pays en développement? Envoyez-moi vos commentaires et vos suggestions. Je vous invite aussi à me suggérer des sujets dont vous aimeriez que je traite dans mon blogue.

Profitez pleinement du reste de l’été!

Recevez mes salutations distinguées.

Andrew Padmos, BA, MD, FRCPC, FACP
Directeur général